Astuce : Rendre les labyrinthes plus attractifs

 

 

 

 

Une technique pour mettre du sens sur cette activité

Que ce soit à la maison ou en séance les labyrinthes sont un vrai classique. Ils sont faciles d'accès, généralisables, facilement transposables et transférables dans tous les lieux (bon ok sauf dans la piscine). Ils permettent de travailler un grand nombre de fonctions :

  • Les coordinations visuo-manuelles
  • La tenue du stylo et les levés et de crayons
  • La planification
  • L'impulsivité
  • L'occupation fonctionnelle...

Et sont la plus part du temps vécu comme un moment ludique et motivant.

La plus part du temps...

Mais que faire lorsque l'enfant voit arriver son labyrinthe en soufflant et qu'il n'a pas envie ? Comment accrocher les réfractaires au graphisme, ceux qui préfèrent ne pas essayer de peur de se tromper ?

 

Si vous connaissez un peu le blog vous savez déjà que la solution du « c'est moi l'adulte tu fais ce que je te dis » ce n'est pas trop ma tasse de thé. La technique que j'ai trouvé est d'utiliser les centres d’intérêt de l'enfant pour rendre l'exercice motivant.

Prenons exemple avec Monsieur Patate. (qui a un succès fou au cabinet).

 

Chaque partie de Mr Patate se trouve à une sortie du labyrinthe. Lorsque l'enfant y arrive, il gagne le morceau correspondant (et peut par exemple le mettre dans une panière). A la fin il peut prendre quelques minutes pour construire Mr Patate. A vous de varier les difficultés et consignes pour atteindre les objectifs que vous visez : pas le droit de toucher les bords, de lever le feutre, de repasser deux fois au même endroit, de toucher un trait déjà tracé...

Si vous ne vous sentez pas de dessiner (on notera mon niveau fantastique dans le domaine) vous pouvez utiliser de petites images plastifiées accrochées avec de la patafix, ou, pour complexifier ou travailler les chiffres : Des numéros comme sur la photo suivante

Monsieur Patate est un exemple mais il est essentiel de partir des centres d’intérêt de l'enfant. Ici nous avons choisi la ferme. Pour rajouter en difficulté et travailler l'attention et l'impulsivité vous pouvez faire de la reproduction de modèle mais... avec des pièges ! On prend en photo la ferme en contexte et il faut aller chercher les animaux présents sur l'image... et laisser ceux qui n'y sont pas. Plus l'élément a récupérer est attractif, plus l'inhibition demandée est élevée. Si l'enfant présente un centre d’intérêt restreint pour les dinosaures, mettez une poule en trop, pas un T rex au début.

Avec ça, les refus des labyrinthes sont devenus très exceptionnels ! Si vous essayez ce genre de stratégies, vous m'envoyez une photo ?


Si cet article vous a intéressé, rejoignez nous sur la page facebook du blog, ou inscrivez vous à la newsletter pour ne pas rater les suivants !

Écrire commentaire

Commentaires : 0