Favoriser les demandes spontanées

 

 

 

 

Les petits détails font les grandes séances ! (Avec une grosse pensée pour nos amis orthophonistes)

Actuellement le maître mot éducatif semble être « autonomie ». A travers les différentes méthodes et théories prédominantes on cherche non seulement à donner des compétences aux enfants afin qu'ils soient autonomes mais on adapte également l'environnement dans cet objectif. Les objets sont accessibles, l'enfant à le choix et accède facilement à ce qu'il désire. Et c'est vraiment super.

Loin de moi l'idée de vouloir revenir sur l'importance de l'autonomie, j'en suis une fervente militante. Mais la communication naît... du besoin de communiquer. Si votre chouquette n'a pas de besoin spécifique, vous ne voyez pas l’intérêt de cet article. Dans son environnement favorisant l'autonomie il/elle apprécie surement de venir commenter, discuter, raconter... Mais ce n'est pas le cas de tous les enfants, notamment certains enfants avec un TSA ou un retard de langage, ou un mutisme sélectif...

Alors si votre enfant n'a pas de trouble de la communication ne faites RIEN. Laissez le se développer à son rythme, dans un environnement naturel et spontané. La communication est un besoin inné. Mais mettons nous à la place des enfants pour qui s'est plus difficile. Les communications où ils ne sont pas compris, pas entendus, où ils ne trouvent pas comment entrer en interaction, sans même parler des moqueries dont ils ont pu faire l'objet (et pour tous ceux qui ne savent juste pas comment faire) tout ça n'aide pas a avoir envie de communiquer.

 

Dans ce cas il peut être profitable pour eux de favoriser les demandes.

Ok mais comment on fait ?

Déjà on le fait avec bienveillance. Il n'est pas question de chantage du type « t'auras ton goûter quand tu le demanderas » ni de quoi que ce soit dans le genre (des trucs affreux qui partaient d'une bonne intention j'en ai entendu un paquet ^^). L'idée est non seulement d'entraîner la communication mais surtout de l'associer à quelque chose d'agréable et de positif pour qu'il ai envie de recommencer. C'est bien que l'enfant demande en séance c'est mieux qu'il investisse la communication et la réutilise ensuite.

Pour ma part je laisse donc en évidence mais non accessible des choses que l'enfant pourrait vouloir. Cela suppose de connaître ses goûts en amont. Cela peut être un tube pour faire des bulles, une activité dans une caisse, un jeu... Il y a aussi la possibilité de faire des « tableaux de choix » soit en relation directe avec les objets (sur le couvercle d'une caisse par exemple) soit sur une fiche présentée à part (si les tableaux de choix vous intéresse je pourrais en reparler plus en détail).

 

L'idée est que l'enfant accède à son envie avec ses moyens, pas de le mettre dans une nouvelle situation d'échec. On part donc de ses compétences, la communication n'étant donc pas qu'une affaire de verbal. Peut-être que ce sera fixer longuement l'objet, et ce sera à nous d'initier une attention conjointe et lui proposer de pointer vers ce qu'il veut. Peut être que ce sera un mot uniquement et que l'on pourra reformuler la phrase pour lui. Pour connaître ses capacités actuelles et ses objectifs à court et moyen termes n'hésitez pas à contacter son orthophoniste qui sera surement ravie que quelqu'un cherche à généraliser ce qu'elle travaille.


Il ne s'agit pas là d'un travail psychomoteur à proprement parler (bien que cela pourrait se discuter). Ces petits détails de séance sont à accompagner d'un travail corporel construit si l'objectif est la communication ou sont un « plus » si les objectifs sont autres. Il s'agit surtout de transversalité et de pouvoir réutiliser le travail de chaque professionnel dans d'autres contextes afin d'amener l'enfant vers une généralisation... et du coup vers une plus grande autonomie.


J'espère que ces quelques éléments auront parlé à certains d'entre vous! 

Si cet article vous a intéressé, rejoignez nous sur la page facebook du blog, ou inscrivez vous à la newsletter pour ne pas rater les suivants !

Écrire commentaire

Commentaires : 0