L'homme qui tapait des mains pour faire fuir les éléphants

 

 

 

 

 

Petite allégorie psychologique


Un homme marche dans la rue en frappant des mains. Il croise une autre personne :

- Pourquoi frappes-tu dans tes mains ?

- Pour éloigner les éléphants pardis !

- Mais il n'y a pas d'éléphants ici

- C'est bien la preuve que cela fonctionne bien !


C'est une histoire souvent utilisée en systémique. Elle peut prêter à sourire mais illustre à merveille nombre de comportements inutiles et qui peuvent être épuisants pour nous et pour notre entourage au quotidien.

En séance : Vous avez surement déjà reçu en séance ce parent qui harcèle l'école toutes les semaines alors que vous vous arrachez les cheveux à établir un climat de confiance. Ou cet autre parent qui très sincèrement n'accorde pas une importance démesurée aux notes mais qui met une pression quotidienne à son ado pour savoir s'il a bien fait son travail du jour. Ou cette mamie qui insiste pour qu'on rappelle 15 fois tous les intervenants de sa semaine pour être sure qu'ils ne vont pas oublier.

 

Vous avez peut-être déjà eu envie de leur dire « non mais en fait ça sert rien hein ? » ou même que c'est contre-productif. Mais en fait ils tapent des mains pour chasser leurs éléphants.

A la maison : Bon à la maison on est pas mieux. Je pense à la voisine qui laisse systématiquement un petit mot anonyme dans la boite aux lettres des gens s'ils laissent traîner une branche ou s'ils ne respectent pas à la lettre le code de bonne conduite qu'elle s'est définie (on sait qui t'es hein!). Mais aussi à nous même qui répétons sans cesse à chouchou de penser à vider le lave vaisselle ou à Jeannette de ramasser son linge avant de dormir. Et franchement c'est lourd à la fin.

C'est quoi le problème ?

Dit comme ça, ça n'a pas l'air bien problématique de frapper dans ses mains, c'est juste inutile. Sauf que imaginez que vous deviez frapper dans vos mains tous les jours, pendant des heures pour chasser vos éléphants. Sans jamais vous arrêter même quand vous avez mal aux mains ou que vous êtes fatigués ou que vous avez envie de silence. Parce que si on s'arrête les éléphants vont revenir hein !

 

Ça épuise à la longue, et ça peut fortement agacer autour de nous les gens qui trouvent ça bien inutile.

On fait quoi ?

Une fois qu'on a identifié ces comportements, déjà on s'autorise un moment d'empathie pour nous et/ou pour les autres. La personne qui frappe des mains est sincèrement persuadée que sans son comportement les éléphants vont arriver. Si la maman harcèle l'école c'est parce qu'elle est convaincue que si on s'occupe si bien de son enfant c'est parce qu'elle appelle aussi souvent. Mamie sait très bien que si elle ne rappelle pas 12 fois son rendez vous à la coiffeuse elle ne va pas venir, ou pas avec la bonne couleur. Si la maison est nickel c'est parce que vous passez votre temps à rappeler aux gens ce qu'ils doivent faire.  

Ensuite inutile de dire aux gens d'arrêter ou que ça ne sert à rien, ça ne fonctionne pas (vu que eux sont persuadés du bien fondé de leur comportement). La seule vraie question à se poser est « Est ce que je suis prête à arrêter de taper des mains au risque de voir arriver les éléphants ».

 

C'est un test que l'on propose à la personne, pour voir si les éléphants sont vraiment là. Et ils sont peut être là hein. Peut être que la coiffeuse va vraiment oublier ou que le linge va envahir la chambre. Mais peut être qu'il ne va rien se passer. Et quel repos de pouvoir arrêter de taper dans nos mains. Il s'agit donc de rassurer la personne sur l'aspect transitoire et réversible de ce test. C'est aussi un moment qui peut demander un accompagnement et qui peut être plein d'anxiété en fonction de l’événement anticipé. Il faut donc rassurer : Si les éléphants arrivent elle a la capacité de les faire repartir en tapant des mains.  


Voilà plus qu'à analyser les comportements pour voir ce qui relève de ce processus. Vous aussi vous vous fatiguez à taper des mains pour faire fuir des éléphants ? Vous avez des exemples personnels ou professionnels ?

Et si cet article vous a intéressé, rejoignez nous sur la page facebook du blog, ou inscrivez vous à la newsletter pour ne pas rater les suivants !


Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Ginie (mercredi, 28 juin 2017 19:03)

    J'adore ! C'est tellement parlant comme image! Ça me fait penser à des parents de patients ,aussi à certains de mes comportements au quotidien aussi (même si je me soigne déjà !). Merci pour ces partagés !

  • #2

    Natacha (vendredi, 30 juin 2017 12:03)

    Wahou! Je garde cet article dans mes favoris... Je me suis revue la semaine dernière, expliquant à Mme B. :
    "Depuis une demi-heure, vous appelez chaque soignant qui passe pour savoir qui va vous accompagner à table et s'il ne va pas vous oublier. On va faire un exercice : je vais vous demander de ne plus appeler personne et on vérifiera dans combien de temps quelqu'un viendra vous chercher. Je vous observe et on en reparlera ensuite. " Mme B. a réussi à ne pas appeler pendant les 5 minutes qui ont suivi et tout le monde a été un peu soulagé. Tout ça pour dire que ton article me pousse à réitérer régulièrement cet accompagnement, bref ça me parle :) merci du partage !

  • #3

    Maman est psychomot (lundi, 03 juillet 2017 09:22)

    Merci d'avoir pris le temps de laisser ce gentil message Ginie ;)
    Natacha j'adore ! Ça permet vraiment de laisser la personne maître de ses comportements et de lui donner des outils pour son propre mieux être plutôt que de l’infantiliser en donnant des ordres et consignes !